Connaissez-vous le malaxeur professionnel ?

Les professionnels du BTP savent pertinemment que le malaxeur professionnel, également appelé « mélangeur », figure dans la liste des appareils indispensables sur les chantiers. Compatible avec une large gamme d’applications, il vous fait gagner du temps tout en assurant une qualité de malaxage optimale. Retrouvez toutes les informations essentielles sur le malaxeur professionnel.

Qu’est-ce qu’un malaxeur professionnel ?

Le malaxeur professionnel, comme proposé sur le site officiel de TR Conseil, est un outil BTP doté d’une cuve de grande capacité. Il est équipé des pales qui se chargent de mélanger différentes substances liquides à l’intérieur de la cuve afin de les homogénéiser. Plutôt que d’utiliser des outils manuels à broches ou à tiges, les professionnels privilégient ce type de malaxeur qui se révèle nettement plus pratique en plus d’exiger très peu, voire pas d’effort du tout selon le modèle retenu.

malaxeur engin

Comment fonctionne un malaxeur professionnel ?

Le malaxeur à cuve fonctionne suivant un principe très simple. Lorsque l’appareil est mis sous tension et que son moteur est en marche, les pales malaxent les produits liquides et/ou secs. L’appareil permet de travailler avec des substances de faible et/ou de haute viscosité, multipliant ainsi les champs d’application.

Grâce au champignon de couverture présent sur les pales, le mélange de substances s’effectue uniformément. La préparation finale est de ce fait conforme aux exigences les plus pointues, ce qui a des conséquences avantageuses sur son application ainsi que sur le rendu.

Dans quels cas utiliser un malaxeur professionnel ?

Le malaxeur à cuve trouve son utilité sur les chantiers BTP qui nécessitent la préparation d’une grande quantité de mélanges. En fonction du modèle, il est par exemple possible de préparer 60 litres de mortier maigre en seulement 30 secondes !

Dans la liste des produits à basse viscosité pouvant être travaillés dans un malaxeur professionnel, on peut citer les peintures (pour ciment et pour cloison), les colles pour moquettes et tapisseries, les isolants, les produits anti-vibration et les mortiers (prêt à l’emploi et/ou avec fibre de verre).

Du côté des produits à haute viscosité, il est possible de malaxer du mortier, de la colle à bois ou à carrelage, de la résine époxydique, du plâtre ou encore du stuc plastique dans un malaxeur professionnel.

Le malaxeur à cuve est de ce fait un outil BTP polyvalent qui simplifie la tâche des maçons, des plaquistes, des peintres, mais pas que. Autrement dit, l’utilisation peut varier à la suite d’un bon nettoyage qui élimine les résidus des substances préalablement travaillées. Cela permet automatiquement de mieux maîtriser les coûts sur le chantier. Par ailleurs, l’utilisation d’un malaxeur professionnel se révèle judicieux dès lors qu’il est nécessaire de veiller à l’homogénéité des préparations.

Comment bien choisir son malaxeur professionnel ?

Plusieurs critères sont déterminants dans le choix du malaxeur professionnel adapté à vos besoins. Il existe néanmoins des caractéristiques de base que vous devriez retrouver sur les machines de première qualité.

Privilégiez avant tout un modèle équipé de trappes de vidange étanches. Le système optimise la compatibilité du malaxeur avec le travail de substances liquides. En outre, la présence d’une grille de protection assure une sécurité optimale dans la mesure où elle vous évite tout contact accidentel avec le dispositif de malaxage proprement dit.

Dans le même ordre d’idée, assurez-vous que la grille du malaxeur présente un contact de sécurité. Il s’agit d’un dispositif électrique qui stoppe automatiquement le mouvement des pales lorsque la grille est relevée. En parallèle, il est préférable que la machine soit équipée d’un interrupteur magnéto-thermique grâce auquel tout redémarrage involontaire est impossible dès lors que la tension de l’appareil est baissée.

Le fonctionnement d’un malaxeur professionnel implique des engrenages qui doivent conserver leur pleine performance pour que la machine soit durablement fonctionnelle. Il est donc essentiel que le malaxeur dispose d’un réducteur à bain d’huile. De cette manière, les engrenages sont protégés grâce à leur immersion. Le dispositif devrait être associé à une sonde thermique qui détecte toute anomalie au niveau de la température. Si cette dernière est trop élevée, le malaxeur s’arrêtera automatiquement de tourner.

La hauteur de vidange constitue également un facteur déterminant. En effet, vous devez pouvoir verser la préparation sur la surface ou dans le contenant de votre choix après le malaxage. Les modèles dotés de pieds réglables en hauteur sont de ce fait à privilégier pour gagner en confort et en praticité.

Les appareils électriques sont soumis à des risques de variations de tension. A cet effet, il est recommandé de choisir un malaxeur à protection thermique intégrée. Si la tension électrique est trop basse ou en cas de surcharge, le dispositif déclenche l’arrêt du moteur. A l’issue de cette coupure, le redémarrage nécessite une intervention humaine afin d’assurer un maximum de sécurité sur le chantier.

malaxeur

Exemples de malaxeurs

Pensez également au niveau sonore du malaxeur professionnel dans la mesure où vous en ferez des usages fréquents et intensifs. Pour le confort des intervenants sur le chantier, il sera plus judicieux d’orienter votre choix vers un malaxeur dont le niveau sonore soit inférieur ou égal à 65 dB(A).

Affinez votre choix en vous intéressant à la capacité de la cuve qui peut aller jusqu’à plus de 350 L. Cette information figure évidemment sur la fiche technique de la machine.

Concernant la puissance nécessaire, elle dépend de la viscosité des substances. Les matériaux de faible viscosité peuvent être travaillés avec une puissance à 800 W. En revanche, il faudra au minimum 1 300 W pour que le malaxeur soit suffisamment polyvalent pour travailler des substances de moyenne à haute viscosité.

Ne négligez pas la vitesse de rotation des pales, sachant que les besoins ne sont pas les mêmes selon les préparations. Le malaxage de la peinture nécessite par exemple une vitesse importante, tandis que le crépi doit être travaillé avec plus de lenteur. La possibilité d’ajuster la vitesse en fonction des substances travaillées serait un atout non négligeable.

Machine pratique et facile à utiliser, le malaxeur professionnel répond à un large éventail de besoins sur les chantiers BTP. Bien entendu, un choix éclairé nécessite une identification en amont des spécificités des préparations nécessitant le malaxeur à cuve.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *